Conclusion

   Le Pelamis présente donc un fonctionnement relativement simple et exploite une énergie illimitée au potentiel immense. Il présente de nombreux avantages économiques et écologiques. Ainsi, il produit plus qu'une éolienne ou un panneau solaire, sans grandes conséquences sur l'environnement contrairement au nucléaire ou aux barrages. L'énergie houlomotrice est donc une énergie d'avenir car une bonne alternative aux énergies fossiles, polluantes, parfois dangereuses et surtout limitées. Cependant, elle présente certains inconvénients, comme son coût encore très élevé, qui ne lui permet pas de concurrencer les moyens actuels de production ; mais après tout, le Pelamis n'en est qu'à ses débuts et il semble promis à un bel avenir, sans compter les autres projets de récupération d'énergie marine. Ainsi, les progrès de l'éolien offshore, l'énergie maréthermique ou encore le Searev montrent que la mer a encore beaucoup à nous fournir.

   Nous pouvons, pour finir, examiner quelques-unes de ces solutions alternatives au Pelamis, toujours pour l'énergie houlomotrice. Quatre types de machines sont actuellement à l'étude :

- les systèmes à partie fixe et à partie flottante, comme le Pelamis. Dans le cas de celui-ci, c'est de l'huile qui est comprimée et passe dans un moteur hydraulique. La société écossaisse Finiera Renewables a développé une chambre de compression à air posée à la surface de la mer : les mouvements de l'air à travers une turbine à pales orientables activent un générateur. Il est également possible d'utiliser un générateur linéaire, comme à Princeton dans le New Jersey. La partie fixe (générateur au fond de l'océan) est alors excitée par le mouvement vertical de bouées reliées à des pistons. L'avantage principal de cette technique est son faible impact visuel.

- les systèmes posés au fond de l'eau, comme l'Oyster de la société Aqua Marine Power, ou le Ceto de la Wave Energy Technology. Le mouvement des vagues entraîne des pompes hydrauliques qui acheminent sur terre de l'eau de mer à forte pression. On utilise alors une turbine pour produire de l'électricité à partir de cette pression élevée. Ce dispositif est polyvalent, puisqu'il permet aussi de produire de l'eau douce par dessalement, et pas seulement de l'électricité.

- les systèmes à déferlement, comme le Wave Dragon, le premier prototype jamais réalisé pour l'énergie houlomotrice. Il est basé sur les vagues dites "déferlantes" : quand celles-ci rencontrent les digues artificielles, elles remplissent des réservoirs qui, en se vidant activent des turbines.

- enfin, les colonnes oscillantes sont en fait des colonnes d'air comprimées par la houle, et qui alimentent des turbines. Elles peuvent être installées en mer (Oceanlinx) ou sur terre (Wavegen).

<= Page précédente                                                                                 Sources =>

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site